centro risorse per la didattica
Risorse per area disciplinare:   
Homepage
La redazione
 
Ricerca
Iscriviti alla news
Le newsletter
 
Attualità
Percorsi
Novità
Recensioni
 
Disabilità
Lavagna Interattiva
 
La tua segnalazione
Il tuo giudizio
 
Cataloghi in rete
 
DIDAweb
 

risorse@didaweb.net
 

  Cerca nel web:
Se sei un utilizzatore della toolbar di Google, puoi aggiungere anche il nostro pulsante:
Centro Risorse
  SCHEDA RISORSA

Condividi questa risorsa didattica
Transdisciplinare
Gouvernance d’Internet : la position de Reporters sans frontières


Lingua: Francese
Destinatari: Alunni scuola media superiore, Formazione permanente
Tipologia: Ipermedia

Abstract:
Gouvernance d’Internet :
la position de Reporters sans frontières

Du 16 au 18 novembre 2005, se tiendra à Tunis la deuxième phase du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI), grand barouf onusien où les Etats sont censés s’entendre sur l’avenir d’Internet, aussi bien sur le plan technique que juridique. La gouvernance d’Internet, c’est-à-dire la régulation du Réseau au niveau mondial, est certainement la question la plus chaude qui sera débattue à cette occasion.

A l’heure actuelle, les Etats-Unis contrôlent les principales organisations qui gèrent le Web, notamment la principale d’entres elles, l’ICANN, une association de droit californien chargée, entre autres, de gérer les noms de domaine au niveau mondial. Cette situation est presque unanimement critiquée par les autres Etats, pour qui cette toute puissance américaine est inacceptable. Cette réaction est compréhensible, car les décisions de l’ICANN, quoique d’apparence très techniques, ont des répercussions politiques directes. Pour ne prendre qu’un exemple, cette association pourrait, en théorie, rendre inaccessible certains noms de domaine pays (par exemple tous les .fr, ou les .cn). L’enjeu est également financier car l’organisme qui gère le Réseau a le pouvoir de mettre en avant certaines technologies, et donc certaines entreprises. A ce titre, on peut légitimement s’inquiéter de la récente embauche par Google de Vinton Cerf, inventeur d’Internet... et vice-président de l’ICANN.

Cette situation est certes critiquable, mais les solutions proposées pour y remédier semblent bien pires. La Chine, Cuba et les pays les plus répressifs de la planète cherchent à attribuer la régulation du Réseau à une organisation supranationale indépendante, entendez l’ONU. Or, lorsque l’on connaît l’incurie de cette organisation en matière de droits de l’homme - rappelons que sa commission ad hoc a récemment été présidée par la Libye -, l’idée fait froid dans le dos. Souhaite-t-on vraiment que les pays qui censurent le Net et emprisonnent les internautes se mettent à réguler la circulation de l’information sur le Réseau ? Le simple fait d’organiser ce sommet en Tunisie, un Etat où le Président et sa famille contrôlent la presse et Internet d’une main de fer, démontre que la liberté d’expression n’est pas considérée comme un thème central du SMSI. Pourtant, dans toutes les dictatures de la planète, c’est aussi sur le Web que se diffusent désormais les informations indépendantes, celles qui échappent à la censure. Considérer le Réseau du seul point de vue technique, et ainsi décider que l’Iran et le Viêt-nam devraient participer à sa gestion au niveau mondial, est une erreur qui pourrait coûter cher à des centaines de millions d’internautes.

L’Union européenne s’est depuis peu clairement éloignée de la position américaine. Sans rejoindre la proposition chinoise, elle souhaite qu’un nouveau processus de décision, multilatéral, soit adopté à l’issue du SMSI. Ainsi, elle suggère qu’un forum international, regroupant des acteurs privés et publics, soit impliqué dans la gestion du Réseau. Mais cette position est encore trop floue pour constituer une alternative crédible au modèle en place. L’Internet tout entier dépend de la fiabilité des procédures et des technologies agréées par l’ICANN. Et s’il peut être nécessaire de consulter ponctuellement les responsables politiques, accorder trop d’importance aux Etats risque de nuire au développement et à la stabilité du Web.

Il est certes difficilement justifiable que l’ICANN reste ad vitam aeternam sous la coupe d’un seul pays. C’est un point sur lequel les Etats-Unis vont devoir négocier, d’autant qu’ils recommandent eux-mêmes qu’Internet soit géré par le secteur privé. Reconnaissons toutefois que les Américains sont parvenus à développer le Net sans bug majeur ; et admettons également qu’ils sont dans l’ensemble respectueux de la liberté d’expression. Espérons donc qu’un compromis acceptable, c’est-à-dire une solution qui réduit au minimum l’intervention des Etats et garantit la liberté d’expression, sera trouvé lors du SMSI. Si tel n’est pas le cas, mieux vaut ne rien changer.



http://www.rsf.org/article.php3?id_article=15564

Condividi questa risorsa didattica

I giudizi degli utenti

Assenti

Aggiungi il tuo giudizio    Precedenti risultati   


  Iscriviti alla news
Ricevi in posta elettronica le novità e una selezione di risorse utili per la didattica.

Iscriviti qui


Novità
Le ultime risorse per la didattica catalogate ed inserite nel nostro database.

ENGLISH LESSONS AND TESTS.

"Progresso e catastrofe" - In due parole tutto il Novecento Recensione al testo di Salvatore Natoli di UMBERTO GALIMBERTI

Percorsi
Proposte di selezioni e percorsi fra le risorse e i materiali in archivio.

Percorsi
Feste e calendari multiculturali.
Calendari solari e lunari, festività religiose e tradizionali delle diverse culture.

Percorsi
Steineriane
Le ''scuole nuove'' della pedagogia steineriana, contrassegnate dal paradosso di un’accettazione pratica e di un’ignoranza teorica da parte degli stessi utenti e degli operatori della scuola pubblica, tra ''fedeltà karmica'', incarnazioni di individualità che ritornano sulla terra, bambini indaco e apparente buon senso pedagogico.

  Ambiente virtuale collaborativo in evoluzione ideato e sviluppato da Maurizio Guercio è una iniziativa DIDAweb